55 Articles dans cette catégorie Littérature.

De le 23. septembre 2009 à 15.58  
Catégories: Actualités, Chine, Littérature
Source: Stéphanie Klebetsanis

Source: Stéphanie Klebetsanis

Non, chers lecteurs, il ne s’agit pas d’une invitation, quoique si vous me payez le billet jusqu’en Chine, je suis prête à reconsidérer la chose…

Blague à part, il s’agit du titre d’un bon livre que je viens de finir. L’auteur, Susan Jane Gilman, nous raconte ses mésaventures, ainsi que celles de son amie Claire, à Hong-Kong et en Chine, premières étapes d’un voyage autour du monde qu’elles ont décidé de faire à la fin de leurs études universitaires.

Des récits de voyages autour du monde, on en a vu plein, me direz-vous… Oui, mais celui-là se passe en 1986, alors que la Chine communiste a ouvert ses portes aux “backpackers” (ceux qui voyagent avec un sac à dos) depuis seulement dix minutes.

Les deux voyageuses nous rappellent qu’à l’autre bout du monde, on se sent libre, mais on peut aussi se sentir très démuni. Imaginez-vous en panique, devant des gens qui ne vous comprennent pas! Je ne vous en dirai pas plus, mais sachez que ce que vous imaginez en commençant à lire n’est peut-être pas tout à fait ce que vous allez trouver au fil des pages…

Je n’ai pas lu énormément de récits de voyages, c’est vrai. Pourtant, j’aime beaucoup celui-ci, car il nous fait bien ressentir les joies, mais aussi les manques et le stress engendrés par le fait d’être dans un pays dont la culture et la langue nous sont inconnus. Je l’apprécie aussi parce qu’il s’agit de deux femmes qui décident sur un coup de tête de partir, à une époque où les voyages autour du monde n’étaient pas aussi communs que maintenant, et où Internet n’était pas accessible au public comme il l’est aujourd’hui.

Malheureusement, il n’a pas encore été traduit en français. Il vous faut donc vous armer d’un peu de patience, ou le lire en anglais.

L’auteur sera à la librairie Books Books Books, à Lausanne, le 13 octobre prochain. Elle lira un passage de Undress me in the Temple of Heaven et répondra à nos questions. J’y serai!

De le 17. septembre 2009 à 10.58  
Catégories: France, Littérature

Je ne pense pas qu’il soit possible de compter ni le nombre de romans dont les histoires se passent à Paris, ni le nombre de personnages liés à la Ville Lumière.

Cependant, deux personnages parisiens m’ont toujours fascinés:

Le premier personnage a été créé par Victor Hugo. Quasimodo habite dans Notre-Dame de Paris, la célèbre cathédrale, et tombe amoureux d’une belle gitane à laquelle on apprendra plus tard qu’il est lié d’une manière singulière… Je ne peux que vous encourager à lire ce roman. En fait, je ne peux que vous inviter à lire l’œuvre complète de Victor Hugo. Des pages et des pages de pur bonheur…

Source: (-(-Tchi-Tcha-)-) http://www.flickr.com/photos/tchi-tcha/2445261536/

Source: (-(-Tchi-Tcha-)-) http://www.flickr.com/photos/tchi-tcha/2445261536/

Saviez-vous que Victor Hugo a eu l’idée d’écrire une histoire centrée sur la cathédrale pour attirer l’attention des parisiens sur son état lamentable? À l’époque, Notre-Dame avait besoin d’être rénovée, et le romancier a atteint son but.

Le deuxième personnage a été créé par Gaston Leroux. Le Fantôme de l’Opéra habite dans l’Opéra Garnier (“dans” a ici toute sa signification, puisque le Fantôme se déplace dans les murs de l’édifice, et même dans ses souterrains). Il tombe amoureux de Christine, une jeune chanteuse qui pousse la chansonnette sur la scène de l’Opéra.

Source: Peter Rivera http://www.flickr.com/photos/riverap1/3736516253/

Source: Peter Rivera http://www.flickr.com/photos/riverap1/3736516253/

Ce qui m’a le plus intriguée dans cette histoire, ce n’est pas le Fantôme lui-même, bien qu’il soit pour le moins mystérieux, mais plutôt les espaces entre les murs, les passages secrets et le lac souterrain. Je ne sais pas si les passages secrets existent vraiment et j’aime à croire que le Fantôme hante encore les lieux, mais je sais que le lac et les souterrains sont réels. Le lac a été crée artificiellement pour assainir le terrain lors de la construction de l’Opéra, et les souterrains font partie d’un immense réseau qui constituait entre autres les anciens égouts de Paris. Ce réseau est maintenant en partie utilisé par le métro de Paris. Malheureusement, le lac n’est pas accessible au public et est bien moins enchanteur que Gaston Leroux veut bien nous le faire croire.

On ne peut que rêver d’eaux calmes, d’une barque vénitienne et d’un homme masqué tenant la barre d’une main et brandissant une lanterne de l’autre, illuminant les parois brillantes et la rive inconnue…

En prime, une des chansons les plus connues de la comédie musicale The Phantom of the Opera.

De le 5. août 2009 à 15.31  
Catégories: Littérature, Suisse

Faire l’article d’un bouquin qu’on n’a pas lu, c’est le mal, mais l’idée me plaît donc je relaie :

Pour la première fois, un guide recense les “auberges d’alpage” de toute la Suisse romande. Jusque là, des guides existaient par canton, voire par région, et étaient disponibles dans les offices du tourisme. Ce recueil classe les auberges, refuges et métairies, alpines ou jurassiennes, par canton. Les randonneurs connaissent forcément ces établissements, perdus au milieu de la nature, où l’on mange généralement très bien pour pas cher – et, si l’on ne “triche” pas et que l’on s’y rend à pieds, avec un solide appétit. L’idée de les recenser tous promet donc pas mal de découvertes et d’idées de balades.

Tiens, je n'ai pas de photos de métairies dans mon disque dur... Mais j'en ai une prise depuis l'auberge au sommet du Suchet, où on peut manger des tas de fondues.

Tiens, je n'ai pas de photos de métairies dans mon disque dur... Mais j'en ai une prise depuis l'auberge au sommet du Suchet, où on peut manger des tas de fondues.

De le 31. juillet 2009 à 9.38  
Catégories: Conseils, Littérature

Avant de partir en voyage, il peut être utile ou nécessaire de réviser ses connaissances linguistiques. Les ressources du web pour l’apprentissage des langues sont très nombreuses. Voici quelques ressources où piocher de petites séquences à télécharger via iTunes pour les écouter n’importe où sur un lecteur MP3.

AnglaisPod

anglaispod.comCréé par un jeune américain, Thomas Carlton,  amoureux des langues, AnglaisPod est entièrement gratuit et propose des leçons du niveau débutant complet à un niveau plus avancé. Thomas apporte une attention toute particulière aux expressions de la vie courante, à l’aspect culturel de la langue. Les explications sont données en français, l’apprentissage est progressif et bien construit. On trouve aussi un forum en français très fréquenté avec des réponses argumentées et intéressantes. (Exemple : prononciation de Twenty or Twenny)

Pour chaque leçon, il existe des notes, à télécharger séparément ou en un seul fichier zip. Je trouve ce site très bien fait, de qualité, les exercices proposés sont progressifs, il y a du temps pour répéter les textes après les avoir écoutés. C’est comme un prof à domicile!

PodClub

podclub.chApprendre les langues avec les podcasts de l’Ecole Club Migros suisse. Tous les Suisses connaissent les cours de l’Ecole Club Migros qui a lancé ce site l’an dernier pour apprendre l’anglais, l’allemand, l’italien et le français. Les épisodes sont publiés régulièrement, on peut s’abonner aux mises à jour par email ou par fil RSS. (2 à 3 par mois). Voir cette FAQ pour les détails d’utilisation.

Le texte du podcast est affiché sur le site, c’est assez pratique et peut compléter l’apprentissage. On peut télécharger tous les épisodes dans iTunes, ou les écouter directement sur le site. Si tout est gratuit, il faut toutefois s’enregistrer pour voir le programme et télécharger les épisodes. J’ai testé ces podasts et les ai trouvés très bien faits. Niveaux : A2 à B2. Les utilisateurs peuvent attribuer une note aux différentes leçons.

Audio Lingua

Audio-linguaLe GEP Langues de l’Académie de Versailles propose des enregistrements MP3 dans différentes langues. Sur Audio-lingua, on peut écouter ou télécharger des podcasts MP3 en allemand, espagnol, anglais, français, italien et russe. Le site est multilingue et permet aux enseignants et élèves de plusieurs pays de profiter de ses ressources. Il est possible de s’abonner au flux de podcast avec iTunes ou n’importe quelque outil d’abonnement de podcast ou de lecteur de flux RSS. Voir Comment ça marche pour l’utilisation.

Les enseignants, les élèves et tous les volontaires sont invités à proposer des ressources (en langue native) qui seront ajoutées au site. Chacun peut également voter pour chacune des ressources et participer ainsi au classement. Convient à ceux qui veulent s’habituer à entendre différents accents, différents rythmes, proches du quotidien. Il y a des enfants et des adolescents qui ont publiés des podcasts, avec des textes très courts et très simples. Un bon moyen de tester votre connaissance de la langue avant de partir en voyage!

Podcasts iTunes

Le catalogue iTunes contient de nombreux podcasts pour l’apprentissage des langues, chinois compris.

Dans iTunes Store, cliquer sur Podcasts –> Podcasts audio –>Enseignement –> Cours de langues. Choisir ensuite le Podcast souhaité, comme par exemple 6 minutes English de la BBC. Cliquer ensuite sur S’abonner et les épisodes seront téléchargés dans iTunes. Il ne reste plus qu’à les écouter chaque jour!

On trouve également des podcasts vidéo : Podcasts –>Podcasts vidéo –>Enseignement –> Cours de langues. Choisir ensuite le podcast souhaité, comme par exemple l’excellent Business EnglishPod.com

Pour en savoir plus

De le 14. juillet 2009 à 18.42  
Catégories: Conseils, Littérature

Geeks et autres techno-freaks, je sais bien que vous ne pouvez pas voyager sans votre joujou préféré. Moi non plus. Mais plutôt que sa présence ne vous détourne de vos aventures, pouquoi ne pas en faire un outil utile à vos voyages, que ce soit pour vous préparer ou vous guider.

Voici une petite sélection personnelle et non-exhaustive (la plupart sont gratuites, le prix est indiqué pour les payantes).

Pour vous y préparer :

Vous avez envie de partir mais ne savez pas où? Pourquoi ne pas laisser Worldview vous aider? Worldview vous permet de rechercher des webcams à travers le monde. En plus de vous faire profiter d’agréable panoramas, les fiches informatives et une carte vous permettent de situer un endroit sur lequel vous auriez flashé. C’est ainsi qu’au détour d’une sélection aléatoire, j’ai découvert ceci. La Polynésie? Hawaii? Non San Vito Lo Capo, en Sicile!

Packing (0,79 €): Ah! Préparer ses valises! Toujours un problème… qui risque de ne plus en être un avec Packing (et to-do list). En plus de vous diriger dans vos problèmes de bagages, vous pourrez y trouver une liste de choses à faire avant de partir (débrancher vos appareils électriques, sortir les poubelles, ne pas oublier de mettre votre boîte e-mail en « absence »). Un peu infantilisant pour certains mais pour les distraits, cette application peut vite s’avérer essentielle.

Sur la route:

Tripwolf : C’est une application qui regroupe de nombreux city-guides. Très complet, il a un atout de taille: vous pouvez rendre le city guide disponible hors-connexion!

AroundMe : Cette application m’a déjà filé de sacrés coups de main! Vous êtes dans un quartier que vous ne connaissez pas? Vous voulez savoir où se trouve la pharmacie ou le supermarché le plus proche? AroundMe vous aidera à trouver votre bonheur. Il vous dirigera même automatiquement vers l’application Google Maps pour calculer votre itinéraire.

Travel Diary : Envie de documenter votre voyage vu par votre iPhone? Travel Diary est votre journal de bord. Vous pourrez y créer des chapitres, ajouter des photos… L’iPhone détecte où vous êtes et vous placera sur la carte au moment même où vous ajoutez votre note et en plus, vous pouvez exporter le tout vers Facebook pour faire baver vos amis.

Stars: Passionné d’astronomie? Vous voyagez sous d’autres latitudes et ne reconnaissez plus le ciel nocturne? Stars se synchronise sur le temps et le lieu où vous vous trouvez pour vous aider à vous y retrouver dans vos constellations. J’ai hâte de l’utiliser pour mon premier voyage dans l’hémisphère sud!

Local Picks : C’est toujours un problème récurant en voyage… où aller manger? Local Picks, une application développée par TravelAdvisor, vous aide à faire votre choix. Une sélection de restaurants se trouvant pas très loin de vous et ayant été évalués par les membres du site apparaît. Il ne reste plus qu’à profiter de l’intelligence collective pour vous décider.

De le 1. juillet 2009 à 13.42  
Catégories: Littérature

La libraire Les Recyclables à Genève lance un concours d’écriture intitulé “J’ai fait un beau voyage”. Seront récompensées les œuvres les plus inventives et les plus drôles.

Letter

Organisé dans cadre de la Fureur de Lire 2009, ce concours est ouvert à tous. Il suffit d’écrire une lettre et de l’envoyer aux Recyclables pour raconter un de nos voyages (réel ou imaginaire), sur n’importe quel support, d’au maximum 7’000 signes, espaces compris. (env. 2 pages A4). L’originalité du support sera récompensée. Le gagnant verra sa lettre publiée dans le Courrier le lundi 28 septembre 2009 et recevra un bon d’achat de 200 francs au magasin Cap Indigo, commerce équitable. Un prix spécial du jury récompensera le support le plus original.

Envoyer vos missives d’ici au 1er septembre 2009 à

Concours  J’ai fait un beau voyage
Librairie-Café Les Recyclables
53, rue de Carouge
1205 Genève
Suisse

Crédit photo : Adrian Clark on Flickr, Creative Commons




De le 15. juin 2009 à 9.38  
Catégories: Italie, Littérature

La Sicile, un terre rude et grandiose. En ce début de 20ème siècle, Modesta, petite paysanne des environs de Catane, est pleine de questions. Elle va s’y trouver un destin. « L’arte della gioia », c’est l’histoire d’une vie et d’une île — et quelle vie! puisqu’à la suite d’évènements tragiques, cette fillette échappera à sa famille et au couvent afin de devenir princesse. Jamais héroïne n’aura si peu mérité son prénom! Modesta a le feu au ventre, se moque des convenances, du qu’en dira-t-on, est féministe avant l’heure et accepte pleinement sa sensualité. C’est aussi l’histoire de l’Italie tout court, puisque Modesta traversera deux guerres mondiales, le fascisme, l’après-guerre (qui sera pénible pour cette communiste convaincue) — tout cela dans une île pétrie par les passions. Avec son caractère entier et solaire, Modesta est un personnage qui restera encore longtemps avec moi. Quand au roman, il est comme son sujet principal… libre, échevelé mais réfléchi avec de nombreuses ellipses de temps, parfois emmêlées dans la même phrase, peut-être parce que son auteur a mis 10 ans à l’écrire? Sorti de manière posthume en 1998 en Italie (alors que le roman fut achevé en 1976) et en 2005 en francophonie, ce livre est aussi le testament de vie de Goliarda Sapienza, dont le parcours n’a rien à envier à son personnage.

Goliarda SAPIENZA
L’art de la joie
Editions Viviane Hamy

De le 5. juin 2009 à 12.51  
Catégories: Littérature

BookCrossing

Je suis partie de Vancouver avec la biographie du chanteur Kurt Cobain. Elle m’a suivie à Seattle, puis à San Francisco, ou je l’ai terminée bouleversée. Un soir, en manque de lecture, j’ai parcouru la bibliothèque de l’auberge de jeunesse, et j’ai constaté que les livres provenaient de voyageurs qui les y avaient laissés avant de partir vers de nouvelles aventures. L’idée était la suivante: vous voulez prendre un livre? Laissez-en un! J’ai placé Kurt sur l’étagère…

J’aime beaucoup l’idée de laisser ses livres à des inconnus. Et puis il vaut mieux partager la culture que l’étaler, non?

Lorsque j’ai abordé le sujet avec notre charmante rédactrice en chef, Stephanie, elle m’a fait découvrir BookCrossing.

Le principe est simple: enregistrer des livres sur le site, qui leur attibuera un numéro de série, inscrire ledit numéro dans le livre avec une petite note explicative et…le lâcher dans la nature. Grâce au numéro, on peut ensuite voir ce qu’il devient et où il voyage.

Le BookCrossing se fait dans plusieurs pays, dont la Suisse. Je trouve l’idée bien sympathique. Certains parlent du hasard de trouver le livre à lire à certaines périodes de la vie, d’autres de karma…Évidemment, cela ne veut pas dire qu’on ne pourrait pas se retrouver avec un ouvrage complètement inintéressant, mais pourquoi pas?

Je vous invite donc à vous initier au BookCrossing, dans votre ville ou, encore plus marrant, durant vos voyages. Vous pouvez même assister à des rencontres d’adeptes. N’est-ce pas une charmante façon de rencontrer des gens?

De le 3. juin 2009 à 10.45  
Catégories: Inde, Littérature

Le Chant de Kali (Dan Simmons)Dan Simmons est un écrivain passé maître dans l’art de nous faire “souffrir” agréablement. Ses histoires savent me toucher car elles sont vraies. Bien sûr, elles prennent leurs racines dans le fantastique, mais elles touchent de suite la corde sensible, avec un accent de vérité qui laisse une amertume. “Et si ça m’arrivait à moi, que ferais-je?”.

Lorsque j’ai lu le Chant de Kali, son premier roman, j’ai tout d’abord pu m’immerger dans Calcutta grâce aux descriptions riches du roman, et de l’ambiance qu’il y a infusé.

Robert Luzcak, journaliste pour un magazine de poésie, part avec sa femme et sa petite fille à Calcutta pour retrouver un poète, M. Das, que ses éditeurs pensaient mort depuis longtemps, et dont de nouveaux poèmes ont été récemment trouvés.

Lorsque, après recherches, il ne retrouve pas Das, il ne se résout pas à rentrer aux États-Unis, et cherche à approfondir le sujet pour pouvoir tout de même faire un article intéressant. C’est alors qu’il fait la rencontre d’un homme qui prétend avec vu le corps de Das lors d’un rituel religieux secret dans un temple de la déesse Kali. Le poète aurait alors été ramené d’entre les morts.

Sa quête de la vérité amènera Robert Luzcak à perdre bien plus que ce qu’il ne l’aurait pensé.

Calcutta

Lorsque je pense à ce livre, je ne vois pas le Calcutta moderne d’aujourd’hui, mais plutôt les vieilles parties de la ville, tellement colorées et plus proches du décor que j’imagine pour cette histoire.

Calcutta

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Inde, c’est réellement une immersion culturelle. Pas aussi bien que d’être sur place – mais en même temps, il vaut mieux éviter d’être Robert Luzcak si l’on veut visiter Calcutta!

Calcutta

(Photos: Old Calcutta par suvodeb)

Si vous partez faire un tour en Inde, pensez à embarquer une copie du Chant de Kali dans vos bagages. Ce livre a gagné le World Fantasy Award en 1986, et vaut réellement le coup d’être lu.

Allez, on va se faire un petit tour de rickshaw? Vous venez?

De le 27. mai 2009 à 15.53  
Catégories: Littérature, Portugal

J’ai pris le train de nuit pour Lisbonne, ville que je ne connais pas.

Dans ce train, j’ai fait la connaissance de Raimund Gregorius, érudit prof de latin et grec bernois, divorcé, passionné de livres anciens et myope.

Quelques jours auparavant, sur le pont de Kierchenfeld, Raimund Gregorius a rencontré une femme énigmatique et l’a sauvée d’une probable noyade. Cette rencontre allait modifier sa vie monotone et réglée comme un coucou suisse. Le mot “Português” avait alors retenti comme un appel à larguer les amarres. “Mundus”, comme on l’appelle, commet alors cet acte insensé dont nous rêvons tous un jour : il plante là ses bouquins en plein cours, ses élèves, ses collègues, son appartement, sa vie, et va s’acheter un billet de train.

Dans un livre de l’auteur portugais Amadeu Inacio de Almeida Prado, il lit cette phrase :

S’il est vrai que nous ne pouvons vivre qu’une petite partie de ce qui est en nous, qu’advient-il du reste?

C’est cette phrase qui décide Gregorius à tout plaquer et à prendre le train de nuit pour Lisbonne. Avec lui, je découvre les rues de Lisbonne, je prends le tramway, je déambule dans les rues désertes à la nuit tombée. Je visite de maisons et des appartements bizarres, je fais des rencontres étonnantes. Gregorius va-t-il trouver son âme ?

Etait-il possible que le meilleur chemin pour s’assurer de soi-même passât par la connaissance et la compréhension d’un autre? Un homme dont la vie s’était écoulée très différemment et avait possédé une tout autre logique que la vôtre?

Gregorius s’arrêta au comptoir d’un petit bar et but un café. C’était la deuxième fois qu’il entrait ici. Une heure auparavant, il était tombé sur la rua Luz Soriano et s’était trouvé, après quelques pas, devant le cabinet de Prado, une maison à trois étages qui semblait entièrement bleue, d’abord à cause des carreaux de faïence qui la recouvraient, mais surtout parce que les fenêtres étaient surmontées de hauts cintres peints d’un lumineux outremer. La peinture était vieille, la couleur s’écaillait. Seule la porte d’entrée bleue avait une peinture immaculée, comme si quelqu’un avait voulu dire : c’est d’elle qu’il s’agit. A côté de la sonnette, aucun tableau n’indiquait les noms des habitants. Le coeur battant, Gregorius avait regardé la porte et le heurtoir de laiton. “Comme si tout mon avenir attendait derrière cette porte” avait-il pensé. Puis il était entré dans le bar quelques maisons plus loin, et avait lutté contre le sentiment menaçant qu’il était en train de s’échapper à lui-même. Il avait regardé sa montre  : six jours auparavant, à cette même heure, il avait décroché de la patère, dans la salle de classe, son manteau humide, et il s’était enfui sans se retourner hors de sa vie si sûre, si prévisible.

Train de nuit pour Lisbonne, est un livre de l’écrivain suisse Pascal Mercier, livre que j’ai adoré et que je vous recommande. Il incite au voyage et fait découvrir une ville magnifique. L’auteur est né en 1944 à Berne. Il a enseigné jusqu’en 2007 la philosophie à la Freie Universität Berlin. En 1995, il publie son premier roman, Perlmann’s Schweigen (Albrecht Knaus), suivi de Der Klavierstimmer (Albrecht Knaus,1998), de Nachtzug nach Lissabon (Hanser, 2004) et du recueil de nouvelles Lea (Hanser, 2007). Il est traduit dans vingt-cinq langues.