Shares
Share with your friends










Envoyer

Cette fois, je ne vous parlerai ni d’une ville ni d’un pays, mais d’un moyen de se loger bien particulier qui a de plus en plus d’adeptes dans le monde: le CouchSurfing. Qu’est-ce que le CouchSurfing? Il s’agit principalement d’un service d’hébergement. C’est très simple: on laisse un canapé à disposition des voyageurs qui viennent découvrir notre région, et on a la possibilité de dormir sur des canapés partout dans le monde. Le concept est né lorsque Casey Fenton a été hébergé par des étudiants en Islande, et la communauté a été créée entre 2000 et 2004.

couchsurfing_main

Pour devenir un couchsurfer, il suffit de s’insctire sur le site, qui comprend plus d’un million de membres dans 232 pays et territoires, et de remplir un profil. Il n’est pas nécessaire d’avoir un divan à offrir, on peut aussi simplement aller boire un café avec des voyageurs ou des membres de notre ville (d’ailleurs, on trouve sur le site des groupes par ville, par région, par pays ou par thématique, et les couchsurfers organisent régulièrement des activités).

Si on veut être hébergé, on fait une recherche de profil selon l’endroit où l’on se rend et on écrit un gentil message à ceux chez qui on aimerait être logé. Il vaut mieux s’appliquer lorsque l’on fait une demande, car la philosophie de CouchSurfing privilégie le contact personnalisé. Ceux qui envoient le même message à 50 personnes ou qui donnent l’impression qu’il ne veulent simplement pas payer un hôtel risquent de se faire replier le futon au nez. En effet, CouchSurfing n’est pas qu’un moyen de se loger gratuitement, c’est surtout une façon de partager avec les gens des pays que l’on découvre.

Vous vous demandez si ce n’est pas un peu risqué de se rendre chez des gens que l’on ne connaît que par le biais de quelques mails échangés, n’est-ce pas? La communauté essaie de rendre le site le plus sûr possible en attribuant un degré de sécurité selon les informations que l’on fournit (numéro de carte de crédit, adresse confirmée par l’envoi d’une carte postale contenant un code que l’on introduit sur son profil), mais surtout en permettant aux membres de laisser des références à ceux qu’ils ont hébergés, chez qui ils ont logé ou qu’ils ont rencontrés. Ainsi, si quelqu’un reçoit une référence négative, l’équipe qui gère le site en est tout de suite avisée et prend les mesures qui s’imposent. Bien sûr, on ne peut être à l’abri de tout, mais j’ai découvert des gens adorables et des lieux magnifiques dont j’aurais ignoré l’existence si je m’étais contentée de parcourir un guide.

Vous voulez quelques exemples?

Grâce à CouchSurfing, j’ai passé une soirée dans une petite foire chinoise en plein air et vu un incroyable coucher de soleil à Vancouver, dansé la salsa au bord de l’eau à San Francisco, dégusté des cupcakes dans un quartier branché de Seattle, médité dans un temple bouddhiste, profité d’un musée londonien avant son ouverture, fait découvrir la fondue aux tomates à un Japonais et passé des heures à discuter avec des gens de tous horizons.

CouchSurfing a atteint son objectif: participer à la création d’un monde meilleur, canapé après canapé.

Comments

comments

Marqu: Archive, Conseils

PUBLICATIONS RCENTES