Shares
Share with your friends










Envoyer

Les voyageurs qui parcourent le monde en testant les spécialités culinaires des pays visités sont tous confrontés un jour ou l’autre à des ennuis de santé. Souvent peu graves, ces ennuis peuvent représenter un vrai problème quand on se déplace en transports publics, qu’on poireaute dans des files d’attente ou qu’on est attaché sur un siège d’avion sans pouvoir bouger.  Chacun a en tête au moins une situation embarrassante.

Dans cet article récent du New York Times, Health Advice from the Frugal Traveler’s Doctor, j’ai trouvé des conseils utiles, proposés ici en traduction libre.

Avant le voyage

Vaccins

La préparation commence bien avant de monter dans l’avion. Selon la destination, les vaccinations sont indispensables avant d’arriver dans le pays, faute de quoi on perd des heures précieuses ou pire, on s’expose à des risques dus à un matériel de vaccination non stérilisé.  Parfois, les vaccins produisent quelques effets indésirables (fièvre) — il vaut donc mieux le vivre chez soi avant le départ plutôt qu’au cours d’un voyage. Consulter la liste des vaccins nécessaires et les centres de vaccination en Suisse.

Assurances rapatriement

Les voyageurs suisses sont en général bien couverts au point de vue assurance rapatriement, que ce soit les fameux livrets ETI du TCS ou la  Rega pour n’en citer que deux. C’est un complément indispensable pour voyager le cœur léger.

Trousse de secours

happy_pillVacciné et assuré, manque encore la trousse de premiers secours qu’il faudra acquérir avant le départ. On y mettra les éléments de base : crème solaire efficace, un analgésique, un anti diarrhéique efficace, un antibiotique à large spectre contre les angines, otites ou infections urinaires, à demander à son médecin avant le départ. Pour un vol longue distance, prévoir un vaporisateur nasal d’eau salée pour garder voies nasales et yeux humidifiés. On ajoutera une pincette stérile, du désinfectant et du matériel de pansement. On trouve dans le commerce des trousses de secours toutes prêtes avec l’essentiel. En raison de la menace de la pandémie de grippe, on trouve quantité de sites avec des conseils sur le matériel à prendre avec soi, dont des désinfectants pour les mains et des masques de protection pour le nez et la bouche. Les anti-moustiques sont également indispensables, bien qu’on puisse en trouver sur place d’excellents. Le reste est fonction de la destination, de votre état de santé et de niveau d’anxiété!

Sur place

punaisesA destination, que ce soit dans un pays en développement ou une mégalopole comme New York, un ennemi auquel on pense rarement peut vous tomber dessus à l’improviste : les punaises! Elles peuvent se développer n’importe où, dans des hôtels de qualité comme dans ceux à petits budgets. Le moyen gratuit pour s’en protéger : Ne jamais laisser l’un de vos vêtements ou vos sacs à même le sol. Faire en sorte de toujours les mettre en hauteur, de manière à isoler vos affaires des punaises qui se trouvent par terre. Dans un dortoir avec lits à étage, prendre toujours le lit du haut et ne pas oublier de tenir les préservatifs à portée de mains, si quelqu’un vient vous y rejoindre! Mon sac de couchage en soie très léger m’accompagne partout, on ne sait jamais!

Un voyageur sur dix va souffrir de diarrhée du voyageur, combinaison de crampes abdominales et selles molles. Le plus souvent, ces diarrhées sont causées par l’ingestion d’aliments inappropriés et souillés. Une règle simple  à garder à l’esprit : « Boil it, peel it, cook it or forget it ” en français : Consommer les aliment bouillis, pelés ou cuisinés, sinon s’abstenir.

Viande grilléeManger dans la rue

Est-ce compatible avec la nourriture des rues ? Oui, moyennant quelques précautions. D’une manière générale, choisir un vendeur devant lequel s’amassent les clients, son stock de marchandises sera plus frais que celui d’un vendeur isolé chez qui personne ne s’arrête. Ne pas croire que les clients locaux sont immunisés, parfois de terribles empoisonnements contaminent toute une population. Les endroits fréquentés exclusivement par des touristes ne sont pas non plus un gage de propreté et d’absence de germes. J’en ai fait la cruelle expérience à Bangkok dans un restaurant bourré de touristes et « apparemment » clean, juste en face du Wat Pho, dont j’ai testé bien malgré moi les toilettes, heureusement très propres et en nombre suffisant!

Si malgré vos précautions, il vous arrive de tomber malade en voyage, vérifier les dates d’expiration des médicaments et le pays d’origine, pour ne pas risquer d’acheter des contre-façons sans principes actifs. Parfois, on n’a pas le choix: s’en remettre à sa bonne étoile et penser positif 😉

Personnellement, je crains surtout les angines qu’on attrape avec les climatisations trop fortes. J’ai toujours avec moi une écharpe légère pour me protéger des microbes dans les transports publics, voire un masque qui n’étonne plus personne. J’emporte aussi des antibiotiques, depuis qu’une bête angine m’a gâché une semaine de vacances sur une plage magnifique en mer de Chine.

Crédits photo : Formatbrain, cdresz, Cmicblog, sous Creative Commons

En savoir plus

Comments

comments

Marqu: Archive, Conseils

PUBLICATIONS RCENTES