Shares
Share with your friends










Envoyer

Il paraît que l’important, c’est le voyage, et non la destination.

Nous préférons un autre adage : l’enfer, c’est les autres. Surtout en avion.

C’est apparemment un sentiment partagé par bon nombre d’entre nous, à en juger par le succès phénoménal du compte Instagram PassengerShaming consacré aux voyages en avion et géré par une ancienne hôtesse de l’air.

Il semblerait que les pieds agacent particulièrement les 600 000 et quelques abonnés de ce compte, comme le montrent les photos publiées. Notamment les pieds nus, qui traînent en plein milieu de l’allée, sur votre appuie-tête ou même dans les toilettes (beurk!).

Nous reviendrons aux pieds baladeurs dans une minute, mais commençons notre classement des comportements les plus exaspérants en avion par ce qui est sans doute le plus tolérable, à savoir…

11) La valise-projectile

Après l’épée de Damoclès, voici la valise Samsonite!

Et quand un passager case difficilement son bagage à main plein à craquer dans le seul compartiment supérieur encore disponible de l’avion, cela semble au moins aussi dangereux. Surtout quand ledit compartiment se trouve juste au-dessus de votre tête.

Croisons les doigts pour que les turbulences soient limitées.

10) L’appel de la nature

Rien d’étonnant à ce que les espaces sans enfants fassent partie des souhaits les plus chers de nombreux passagers.

Non mais vraiment, comment les bébés osent-ils faire ce qui leur vient naturellement, à savoir pleurer pour les bras de leur mère?

Étrangement, ils expriment peut-être ce que nous ressentons tous en moyenne au bout de trois heures de vol.

9) Les accros du portable

À la manière dont ils dégainent leur portable à la seconde où la trappe du train d’atterrissage s’ouvre, ils nous rappellent (un peu) les shérifs du Far West.

Après tout, les fanas du portable ont une information capitale à communiquer dès qu’ils sont autorisés à rallumer leur appareil :

« Je suis toujours dans l’avion! »

8) Les en-cas malodorants

Le temps des dîners gratuits est révolu, tout du moins en avion. Il en est de même pour les déjeuners et les soupers.

Dans ces conditions, il semble logique d’emporter son pique-nique quand on s’apprête à voyager à 9 000 mètres d’altitude.

Toutefois, s’il vous plaît, ayez pitié de l’odorat de vos voisins : essayez de vous en tenir à un jambon-beurre plutôt qu’à un sandwich au Vacherin Mont d’Or.

7) Le voisin collant

Quelques civilités sont toujours de bon ton, mais la plupart d’entre nous préfèrent garder nos distances avec les autres passagers de l’avion.

Comment vous dire… Si je tenais vraiment à tout savoir de votre passion du macramé ou de la danse irlandaise au lieu, par exemple, de parcourir le catalogue de films de l’avion, de faire un somme ou de m’inquiéter des bagages susceptibles de me tomber sur la tête, je pratiquerais certainement ces activités moi-même.

6) Ceux qui accaparent le siège du milieu

Il est étonnant de constater à quel point l’environnement clos d’un avion est révélateur des principes de l’offre et de la demande.

Quelque chose d’aussi peu glorieux que des sièges vides peuvent, lorsqu’ils se font rares, s’avérer inestimables.

C’est pourquoi il n’est pas correct de jeter effrontément votre manteau, vos livres ou vos appareils électroniques sur le précieux espace libre qui nous sépare, n’est-ce pas? Ni de vous endormir en travers de la banquette.

Montrons aux économistes sans cœur qu’ils ont tort et partageons cet espace.

5) La folie du débarquement

Nous avons survécu au vol!

Et je ne parle pas du fait que l’avion ne se soit pas écrasé.

Mais, s’il vous plaît, serait-il possible de conserver un peu de savoir-vivre au moment de quitter l’appareil, pour ne pas mettre en danger les enfants et les personnes âgées? Évitons d’imiter tous ces fous qui se ruent sur les portes des magasins lors du Black Friday…

Vraiment, je vous en prie! Il y a un type qui essaie de terminer son sandwich au Vacherin à la place 52c.

4) Les pieds baladeurs

Parmi les plaintes récurrentes concernant les incivilités en avion, les personnes qui exhibent leurs pieds figurent en bonne place.

« Un voyage en avion est l’occasion idéale d’aérer ses petits petons », ironise le Huffington Post.

Pourtant, combiner ces deux sources majeures de bactéries en allant aux toilettes pieds nus est sans aucun doute une expérience affreuse.

3) L’endroit le plus étroit de l’avion

D’ailleurs, en parlant des toilettes, que peuvent bien faire les gens là-dedans au bout de 10 minutes?

Écrire une thèse?

Ils n’ont aucune considération pour les autres passagers.

2) Ceux qui abaissent leur dossier de siège

Depuis quand votre tablette décide-t-elle toute seule d’attaquer votre sternum?

Depuis que vous occupez un siège de classe économique, pardi, et que votre voisin de devant totalement dépourvu d’empathie a baissé le dossier de son siège au moment même où vous buviez un tranquillisant pour vous aider à faire passer votre poulet ou votre poisson.

Chers ingénieurs aéronautiques, pourriez-vous faire remonter les dossiers de sièges tout en haut de la liste des choses à revoir, s’il vous plaît? Ce système ne fonctionne pas du tout.

1) Les coups de pied intempestifs dans le dos

C’est scientifiquement prouvé, ou tout du moins, cela devrait l’être.

Le moment le plus énervant en avion est sans surprise celui où un autre passager (souvent, mais bizarrement pas toujours, un membre junior du club des voyageurs aériens) répète un solo de batterie contre le dossier de votre siège.

Les avions étant conçus pour économiser du carburant, les dossiers des sièges sont si minces qu’ils sont pratiquement inexistants. Autant dire que vous avez l’impression que l’on vous donne directement des coups de pied dans le dos.

Vous pouvez toujours répliquer en abaissant votre dossier.

Dites, on arrive bientôt?

Comments

comments

Marqu: Général

PUBLICATIONS RCENTES