Shares
Share with your friends










Submit

Avant l’ère du streaming en ligne, la pochette d’un disque était une composante essentielle d’une œuvre artistique. Impossible de penser aux groupes qui ont fait l’histoire du rock, du punk et de la pop sans se rappeler les photos marquantes sur les couvertures de leurs albums. Les fans inconditionnels peuvent encore retrouver les lieux à l’origine de ces clichés, dont beaucoup se situent dans des endroits inattendus.

Pink Floyd, Animals – Centrale électrique de Battersea, Londres

Curieusement, la photo d’un cochon gonflé à l’hélium flottant au-dessus de la centrale électrique de Battersea, sur la rive nord de la Tamise, sur cette couverture des Pink Floyd, est une image composite. Le groupe ne parvenait pas à trouver la composition souhaitée avec un seul cliché, d’où ce photomontage.

The Clash, Combat Rock – Bang Sue, Bangkok

Des tensions ont vu le jour entre les membres de The Clash lors de l’enregistrement de cet album de rock classique. Au cours de leur tournée en Asie, le bassiste Paul Simonon tombe malade alors que ses complices musicaux fréquentent les bars les plus sordides de Bangkok. Les voies ferrées figurant sur la couverture ne sont pas loin de leur hôtel à la périphérie de la ville.

Echo & the Bunnymen, Porcupine – Gullfoss, Islande

Le post-punk était en plein essor lorsque le groupe de Liverpool a tourné le clip de « Cutter » en 1982 dans ce paysage nordique remarquable. Les images étaient tellement époustouflantes qu’ils ont choisi de s’en servir comme toile de fond pour la pochette de leur album.

Oasis, (What’s The Story) Morning Glory? – Berwick Street, Londres

C’est cet album de 1995 qui a fait d’Oasis, jusqu’alors des outsiders de la scène indie-rock, un véritable phénomène international. La pochette dévoile un cliché maussade de Berwick Street, autrefois paradis des mélomanes, bordé de magasins de disques.

Bob Dylan, The Freewheelin’ Bob Dylan – Jones Street et West 4th Street, New York City

Avant que l’embourgeoisement ne fasse du West Village de New York un quartier huppé, c’était un lieu de rencontre à l’esprit libre, fréquenté par des personnages comme Bob Dylan et ses contemporains. La pochette de cet album rend hommage à l’ambiance bohème révolue du quartier.

The Eagles, Hotel California – The Beverly Hills Hotel, Los Angeles

À son heure de gloire, le Beverly Hills Hotel, parfois surnommé le Pink Palace, était un symbole de la décadence et de la débauche de l’industrie musicale. Lorsque Don Henley chantait « Welcome to the Hotel California », il faisait peut-être référence à ce bastion du luxe américain et du rock ‘n’ roll.

The Beach Boys, Pet Sounds – Zoo de San Diego, Californie

En 1966, les Beach Boys optent pour une couverture très représentative pour leur 11e album studio. La photo en question montre le groupe nourrissant un troupeau de chèvres dans l’enclos animalier pour enfants. Les fans d’aujourd’hui peuvent facilement reproduire sur Instagram ce cliché fantaisiste.

Led Zeppelin, Physical Graffiti – 96e et 98e rues, St. Mark’s Place, New York City

Malgré sa transformation radicale depuis les années 60 et 70, St. Mark’s Place, dans l’East Village, demeure l’un des lieux incontournables de la vie nocturne à New York. Aujourd’hui, les fans peuvent encore se promener devant le bâtiment caractéristique figurant à la fois dans un clip vidéo des Rolling Stones et sur la pochette de l’album de Led Zeppelin.
Beastie Boys, Paul’s Boutique – À l’angle des rues Ludlow et

Rivington, New York City

Paul’s Boutique, le titre et la couverture du deuxième album des Beastie Boys, était peut-être un magasin de vêtements purement fictif, mais son emplacement est bien réel, dans le Lower East Side de Manhattan. Les membres du groupe ont créé une fausse enseigne et l’ont placée sur Lee’s Sporting Goods pour que Jeremy Shatan puisse la photographier.

The Beatles, Abbey Road – Abbey Road, Londres

L’image emblématique de John, Paul, George et Ringo traversant Abbey Road en file indienne est une photographie culte de l’histoire du rock. Chaque jour à Londres, attendez-vous à voir des fans de toutes les générations tenter de reproduire le cliché.

Comments

comments

Marqu: Culture, Général

PUBLICATIONS RCENTES